Poésie et orgue à bretelle

maxime_cotonLe samedi 6 août, à 19h : « On flambe avec Maxime »

Maxime Coton, il trompe son monde avec son allure frêle, ses yeux couleur d’étang. En fait c’est un créateur frénétique, et un touche-à-tout génial, c’est-à-dire d’abord un grand curieux, un explorateur infatigable, un amoureux vrai. Il a fait parler de lui avec Le Geste ordinaire, ce recueil de poèmes consacré à son père ouvrier et aux relations que lui, écrivain, entretient avec lui. Le recueil a reçu plusieurs prix, dont le Lockem de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique et le Plisnier. L’imparfait des Langues a lui aussi été très remarqué.

Si nous organisons cette soirée consacrée à Maxime Coton en collaboration avec le Secteur des Arts de la Scène, ce n’est pas un hasard. Maxime Coton y a participé à plusieurs résidences d’artiste. Car oui, le théâtre, la mise en scène, le jeu l’intéressent. Mais aussi le cinéma ; la musique. Et il semblerait que bien des fées se soient penchées sur son berceau de créateur. Alors venez nombreux, si vous aimez les mots lus, les mots dits, les mots chantés, et les images qui bougent. La soirée ne nous laissera aucun répit. Nous sommes condamnés à l’émerveillement.

Le dimanche 7 août, dès 11h

Bastien est de retour avec son orgue à une seule bretelle ! Bastien mêle l’image du chanteur populaire à la voix du ténor pour réinterpréter le grand répertoire de la chanson française. Au fil des époques l’orgue de barbarie se révèle l’infatigable complice des banquets, des foires et des fêtes. Un seul mot d’ordre pour Bastien et son orgue : faire vivre les airs de toujours et partager l’émotion avec le plus grand nombre.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire