Conseils lecture : voyage

30 juin 2020

Tous les mardis des semaines de la « Guinguette en ligne », retrouvez nos conseils lecture sur les réseaux sociaux et sur le site internet de la Guinguette Littéraire. Quoi de mieux que le thème du voyage pour initier ces billets hebdomadaires et commencer l’été en beauté. Rendez-vous ici-même ou sur la page Facebook de la Guinguette Littéraire le mardi 30 juin à 16h00 !

Laissez-nous en commentaire vos conseils sur ce thème !

Le conseil lecture de MAX

Kazuo Ishiguro, Le géant enfoui (The Buried Giant), 2015.

Kazuo Ishiguro, Le géant enfoui (The Buried Giant), 2015. Conseil Lecture

J’ai découvert Kazuo Ishiguro en 2003 et c’est immédiatement devenu un de mes auteurs préférés dont je dévore chaque livre dès sa sortie en anglais. Le prix Nobel de littérature qu’il s’est vu attribuer en 2017 est pour moi largement mérité : il maîtrise tant de styles qu’on peine à reconnaître son écriture d’un ouvrage à l’autre, si bien qu’il parvient toujours à prendre le lecteur à dépourvu ! Son dernier roman en date, sorti en 2015, nous raconte l’histoire d’un couple, Axl et Béatrice, qui partent à la recherche de leur fils qu’ils n’ont plus vu depuis des années. Ils s’attendent à rencontrer des obstacles sur leur chemin, mais ne peuvent pas prévoir que cette expédition à travers l’Angleterre arthurienne va leur révéler des sombres recoins d’eux-mêmes qu’ils ne pensaient pas voir resurgir un jour… Un voyage onirique et métaphorique qui ne laissera personne indifférent.

Les conseils lecture de ROXANE

Cap sur les Hébrides, tout au nord, au large de l’Écosse, dans les landes désolées, pour la trilogie écossaise de Peter May.

J’aime si possible me plonger dans la lecture des romans en langues étrangères dans leur version originale. La traduction n’a pas la même saveur et le même potentiel d’immersion dans l’ambiance culturelle installée par l’auteur. C’est donc dans l’anglais écossais que j’ai plongé avec délectation.

The Black House, L'île des chasseurs d'oiseaux Peter May Conseil lecture

The Black House, L’île des chasseurs d’oiseaux

Le premier des trois opus s’intitule The Black House, en référence aux maisons de pierres noires de l’île de Lewis. La traduction française du titre L’île des chasseurs d’oiseaux lui donne une aura plus mystérieuse et poétique, même si la coutume ancestrale de la chasse aux gunga est loin d’être une partie de plaisir (surtout pour les gunga).

L »inspecteur de police Finlay (Fin) Macleod est envoyé sur l’île de Lewis dont il est originaire. Un meurtre particulièrement macabre y a été commis. Le modus operandi du tueur ressemble à une affaire sur laquelle Fin mène l’enquête à Édimbourg. Fin revient sur son île natale pour établir d’éventuels liens entre les deux meurtres. Cette mission va faire remonter des souvenirs enfouis.

Relevant plus du thriller psychologique que du roman policier, l’intrigue tient en haleine. Les Hébrides, terres reculées aux confins de l’Écosse, battues par les vents, deviennent un personnage à part entière. Le retour du principal protagoniste au pays fera ressortir les non-dits, les traumatismes du passé et les actes manqués.

The Lewis Man, L’homme de Lewis

The Lewis Man, L'homme de Lewis Peter May Conseil lecture

Le deuxième livre commence là où le premier s’est terminé. Nouvelle affaire : on découvre un corps dans une tourbière. Il s’agit d’un meurtre. L’individu est génétiquement lié au père de l »amour de jeunesse de Fin. Le vieil homme est atteint de démence sénile. Mais des bribes de son passé ressurgissent par fulgurances. On découvre dans cet opus le sort réservé aux homers, ces enfants orphelins ou abandonnés que l’Eglise catholique envoyaient aux Hébrides pour servir de main-d’œuvre bon marché dans les fermes.

Même ambiance, même décor, même météo. Deux polars psychologiques à lire en été pour se dépayser ou en hiver, devant un feu de tourbe, un whisky (tourbé) à la main et un chat sur les genoux.

Pour partir aux Hébrides, on peut compléter ces lectures avec le beau livre de photos « L’Écosse » de Peter May.

Le conseil lecture d’HÉLÈNE

Julien Blanc-Gras et Mademoiselle Caroline, Touriste, Delcourt, 2015.

Julien Blanc-Gras et Mademoiselle Caroline, Touriste, Delcourt, 2015. Conseil lecture

J’ai découvert Julien Blanc-Gras à la Guinguette littéraire en 2015. Il est l’auteur de plusieurs livres sur le thème du voyage et la bande dessinée que je vous propose est à l’origine un roman. Comme j’ai d’abord découvert l’album, c’est sous ce format que je vous le propose.

Julien Blanc-Gras compile dans ce bouquin les souvenirs de plusieurs de ses voyages, toujours avec un regard décalé, spirituel et intelligent. Le cliché du touriste est au centre du propos, mais utilisé avec subtilité, puisque les voyages de l’auteur sont assez insolites. Une bande-dessinée à découvrir durant vos prochaines vacances.

Le conseil lecture de PIERRE et BRIGITTE

Maud Ankaoua, Kilomètre zéro, J’ai Lu, 2019.

Quand sa meilleure amie atteinte d’un cancer lui demande d’aller au Népal chercher un manuscrit ancestral de guérison, Maëlle suit son intuition et part à Katmandou. C’est à l’autre bout du monde, au pied de l’Himalaya, qu’elle prend conscience de l’immense distance qui la sépare d’elle-même : 0 km. Ce livre initiatique est une invitation au plus beau des voyages : le voyage intérieur.

Maud Ankaoua, Kilomètre zéro, J’ai Lu, 2019. Conseil lecture

Pas de commentaire

Laisser un commentaire